Ce titre en apparence paradoxal révèle ce que sous–tend mon utilisation des films dans le kiloptyque et mes autres pratiques utilisant des films pour montrer des photographies.

Kiloptyque Ciel à la fenêtre

J'ai commencé à entasser des pellicules E-6 en vue de les utiliser pour faire de la photo de scène, j'en consommais jusqu'à une vingtaine pour une soirée bien chargée. Comme il s'agissait d'une activité bénévole (l'essentiel pour moi étant de prendre mon pied) et donc absolument pas lucrative, je sautais sur tous les lots de films périmés qui passaient à ma portée, surtout à la foire de Bièvres, voire aux puces de Montreuil. Périmés, car en traitement croisé, je ne recherchais évidemment pas les couleurs justes, mais plutôt un grand contraste (pour les noirs profonds), et une bonne quantité d'informations dans les hautes lumières, le tout avec des couleurs bien vives.

Films divers et variés

J'ai très fortement diminué l'activité photos de scène en argentique, les résultats que j'obtiens en numérique ne me donnent pas la même chose, mais je m'en contente, et puis, Bièvres, c'est fini; depuis 2008, y trouver des vielles péloches tient du tour de force, il faut se faire une raison. Avec les catalogues de films inversibles perdant plusieurs références chaque année (quand ce n'est pas la quasi totalité dans le cas de Kodak), mes tiroirs renferment des archives industrielles rares ! L'EPP, la RDP, l'EPJ et l'EPY, la RAP, la RTP et la RSX, l'E100S et l'E100SW, tout un tas de références aujourd'hui disparues (sauf la RAP, mais pour combien de temps encore ?).

Films qui pendent

Chacune avec son rendu bien particulier, son masque (teinte du film) vert, cyan (uniquement chez Fuji), jaune (pour les tungstène), magenta (les E100S et SW) ou neutre (l'Agfa Précisa ou la E100G). C'est ce qui fait la singularité des kiloptyques : les films utilisés pour la première série de reproductions sont presque tous des émulsions différentes, ou au moins, d'un lot (date de péremption) différent, de même pour la seconde série. Avec des émulsions qui n'existent plus depuis longtemps, surtout pour les premières repros (certains films très âgés ont un rendu intéressant à cette étape mais ne donneraient rien de plaisant pour la suivante). J'ai bien employé le pluriel pour kiloptyque, car bien qu'il n'en existe encore qu'un de fini, deux autres sont prêts à être coulés du point de vue photographique : toutes les images ont été reproduites deux fois et elles attendent sagement dans des boîtes de film 35 mm en fer blanc que je trouve le budget pour les enrober dans le silicone et les illuminer de LED.

Mini kiloptyque films

On peut voir dans ces réalisations une sorte d’hommage au génie industriel des fabricants de films, cherchant sans cesse à améliorer le rendu des images, tant du point de vue de la restitution des couleur que de la finesse; héritiers de la tradition de recherche photographique initiée par Niepce et Daguerre pour les prémices, développée (dans tous ses sens) par Fox Talbot, colorée par Cros et Ducos du Hauron, industrialisé (rendu accessible au plus grand nombre) par Eastman et la famille Lumière, leurs successeurs, anonymes, n'ont pourtant pas chômé et à la fin du vingtième siècle (hier), le photographe disposait d'une palette chatoyante et d'une variété spectaculaire. On retrouve bien sûr cette frénésie d'améliorations incessantes avec les appareils numériques, toujours sur les deux mêmes critères, d'ailleurs; mais alors qu'en argentique, il suffit de changer de film pour avoir un rendu complètement différent, en numérique, il faut changer de boîtier ! ce n'est pas le même budget... Et puis, je sort pour un concert avec une vingtaine de films différents dans les poches de mon gilet, je me vois difficilement faire de même en numérique ;o).

Kiloptyque Ciel à la fenêtre jaune

Kiloptyque Ciel à la fenêtre bleu

Ce travail sur les films, au début sans penser à malice, mais aujourd'hui consciemment, c'est un peu une forme de cristallisation, de fossilisation de l'âge d'or de la diapositive, un témoignage; la fin du vingtième siècle, une profusion incroyable de films très variés dans leur rendu, voire leur technologie, comme un bouquet final juste avant l'avènement du numérique. Et la disparition accélérée de cet incroyable savoir–faire durement et patiemment acquis en plus d'un siècle d'histoire de la photographie en couleur. Il ne s'agit pas de regretter une opulence et une abondance révolue, je suis très au courant de ce que permet la photographie numérique, mais une diapositive offre la transparence et l'immédiateté de l'accès à l'image, ce qu'une carte mémoire ou un disque dur ne proposeront jamais : on est dans le réel, le concret, la matière, le palpable...

Kiloptyque Ciel à la fenêtre W 10