J'ai besoin de pouvoir rephotographier le kiloptyque image par image à nouveau, pour une quatrième génération des 1024 images. Là impossible évidemment d'utiliser le soufflet avec un reprodia, le film étant pris dans la résine, mon problème s'apparente à une prise de vue macro classique, à refaire quand même un certain nombre de fois...

Et le souci, avec la macro c'est la mise au point (bon, en photo, en règle générale, mais c'est vraiment très sensible en macro), quand on est au rapport un sur deux, voire un sur un, il faut un bon trépied solide, et un banc d'approche pour un confort optimal. Les premiers essais faits à main levée m'ont bien convaincu de l'impossibilité d'avoir un travail propre de cette manière, un trépied solide, à déplacer latéralement ne pose pas de grands problèmes, mais il faut rester le plus possible perpendiculaire, et ça, c'est bien moins facile. Et puis le réglage d'altitude ne se fait jamais non plus aisément...

main levée

À main levée, déjà, ce n'est pas parfaitement droit, et puis vraiment beaucoup de déchets pour un résultat final approximatif.

Je me suis donc décidé à une fois de plus résoudre un problème en m'en créant pleins de nouveaux ;o).

C'est la raison de du calme régnant ici ces derniers temps, l'apprentissage de la mécanique, c'est long, surtout si on a besoin d'un peu de précision.

La suite en images :

chariot 01 Déjà, le choix du matériau, le PMMA, c'est joli, facile à usiner, lourd (et plus c'est lourd, plus ça absorbe mieux les vibrations préjudiciables à la netteté de l'image), et puis j'en ai en stock (ce qui est aussi une très bonne raison, phynancière, celle là).

chariot 02 la valeur d'écartement des rails a été choisie arbitrairement, par rapport à la taille de mes chûtes de PMMA.

chariot 03 Une première version du système de roulement (en tôle) montée sur le chariot, àvec à gauche le système final, plus précis. À droite, la partie supérieure qui doit 1/ permettre un réglage de mise au point par mécanisme du genre à queue d'aronde et 2/ une possible rotation par rapport à l'axe de déplacement des roues (pour cette application là, ce n'est absolument pas indispensable, mais ça pourrait être utile à l'avenir.

chariot 04 Détail de la queue d'aronde pendant l'assemblage du sandwich de PMMA qui servira de base à l'appareil.

chariot 05 Un système par serrage fixe les deux paires de roues permettant le réglage fin du parallélisme.

chariot 06 Premiers essais de roulement, ça fonctionne !

chariot 07 Je peaufine avec un mécanisme sécurisant le chariot par des roulettes supplémentaires de part et d'autre venant appuyer par en dessous du rail, plus aucun risque de basculer.

chariot 08 Le voilà enfin prêt, avec sa petite platine de fixation rapide Velbon.

chariot 09 Le voilà en action (enfin presque, l'appareil est normalement posé dessus, mais là, je l'avais en main), ça reste très fastidieux, mais quand même bien plus rapide que si j'avais du le faire à la main, et puis trèèès stable. Encore quelques petites améliorations à y apporter et ce sera parfait (un rail supplémentaire en dessous pour assurer la portance et ne pas avoir de flèche au milieu , et... une petite motorisation ça serait vraiment chic !)

F25 Une petite idée de ce que ça donne comme résultat (bin oui, c'est rigolo de faire joujou avec des vis et des boulons, mais faut quand même que ça serve.