kiloptyque.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Boîte à idées

Fil des billets

mercredi 1 mai 2013

5³, cinq au cube, c'est le nom d'un nouveau projet, dans la continuité du kiloptyque et du kvardekduptik; il s'agit d'une toute petite pièce, puisque son nom la décrit totalement : c'est un cube de cinq centimètres de côté, en PMMA, avec, en son sein, une diapositive 24 x 36 encapsulée entre deux tranches de silicone.

_DSC9391_01.JPG

Ça fait un bloc d'une taille suffisante pour servir de presse-papier, parfaitement transparent pour que l'on puisse observer l'image qu'il contient, mais le PMMA a des propriétés optiques particulières qui fait des choses rigolotes avec la lumière (les tranches paraissent éclairées de l'intérieur, alors que les faces sont d'une limpidité hyaline, sauf en cas d'accident, volontaire ou non, et le silicone étant quand à lui pur comme de l'eau de source, avec plein de jolies bulles).

C'est donc un petit objet que l'on peut empiler

_DSC9444.JPG

pour en faire une forme triangulaire,

mur

un petit muret,

_DSC9446.JPG

une sorte de cylindre,

enfin, ce que l'on veut.

Mais l'idée de base ayant prévalu à la naissance de 5³, c'est surtout la possibilité d'agrandir l'image de la diapositive, que l'on puisse mieux en profiter : donc le petit cube va venir s'insérer dans une visionneuse

visionneuse

ou un projecteur (projet en devenir, il faut encore que je trouve des LED assez puissantes pour ça), reproductions des anciens systèmes utilisés pour regarder les positifs, complètement transparents eux aussi, de manière à servir de luminaires. La source lumineuse sera une LED, consommant très peu, de sorte que l'on puisse la laisser allumée en permanence, produisant une lumière froide (comprenez, de température de couleur élevée, soit entre 5000 et 6500° Kelvin, comparable à la lumière du jour) pour le meilleur rendu des couleurs de la photo, avec une durée de vie très longue et qui de plus ne dissipe que très peu de chaleur tout en ne produisant pas d'U.V. préjudiciables à la pérennité des couleurs du film. La dimension choisie (hormis le fait que cinq, c'est un chouette nombre), vient du cache des diapositives 24 x 36, qui mesure cinq centimètres de côté, taille normalisée depuis bien longtemps qui permet(tait) de projeter indifféremment les images verticales ou horizontales ainsi que leur positionnement parfait dans le projecteur. 5³ ne fait qu'ajouter un peu d'épaisseur, de matérialité.

Les premiers essais de coulage sont très concluants, malgré différents problèmes comme l'étanchéité du moule, les bulles, l'état du PMMA, et surtout, le positionnement de l'image, qui doit être toujours au même endroit, pour qu'optiquement, par la suite, il n'y ait pas trop de problème de netteté; et le principal souci : arriver à expliquer au film, qui depuis sa naissance s'enroule autour de son axe, qu'il va falloir qu'il s'habitue à être bien à plat:

films courbés

On voit bien ici, depuis le côté, que les films ne sont absolument pas plats (série « Photons »).

Le toucher de la matière m'a aussi donné envie d'en faire sans « cadre » de PMMA, 100 % en silicone parfaitement transparent :

_DSC9402.JPG

le résultat est très satisfaisant et vraiment différent, tant du point de vue tactile que visuel. Je pense continuer dans les deux directions,

_DSC9391.JPG

de toute façon, le cube ayant les mêmes dimensions, il s'insèrera tout aussi bien dans n'importe quel dispositif de visualisation ou de projection, le silicone ayant une tendance naturelle à adhérer aux surfaces lisses, c'est juste un poil plus difficile à ajuster, mais de la sorte, il reste bien en place.

dimanche 3 mars 2013

Une archéologie contemporaine.

Ce titre en apparence paradoxal révèle ce que sous–tend mon utilisation des films dans le kiloptyque et mes autres pratiques utilisant des films pour montrer des photographies.

Kiloptyque Ciel à la fenêtre

J'ai commencé à entasser des pellicules E-6 en vue de les utiliser pour faire de la photo de scène, j'en consommais jusqu'à une vingtaine pour une soirée bien chargée. Comme il s'agissait d'une activité bénévole (l'essentiel pour moi étant de prendre mon pied) et donc absolument pas lucrative, je sautais sur tous les lots de films périmés qui passaient à ma portée, surtout à la foire de Bièvres, voire aux puces de Montreuil. Périmés, car en traitement croisé, je ne recherchais évidemment pas les couleurs justes, mais plutôt un grand contraste (pour les noirs profonds), et une bonne quantité d'informations dans les hautes lumières, le tout avec des couleurs bien vives.

Films divers et variés

J'ai très fortement diminué l'activité photos de scène en argentique, les résultats que j'obtiens en numérique ne me donnent pas la même chose, mais je m'en contente, et puis, Bièvres, c'est fini; depuis 2008, y trouver des vielles péloches tient du tour de force, il faut se faire une raison. Avec les catalogues de films inversibles perdant plusieurs références chaque année (quand ce n'est pas la quasi totalité dans le cas de Kodak), mes tiroirs renferment des archives industrielles rares ! L'EPP, la RDP, l'EPJ et l'EPY, la RAP, la RTP et la RSX, l'E100S et l'E100SW, tout un tas de références aujourd'hui disparues (sauf la RAP, mais pour combien de temps encore ?).

Films qui pendent

Chacune avec son rendu bien particulier, son masque (teinte du film) vert, cyan (uniquement chez Fuji), jaune (pour les tungstène), magenta (les E100S et SW) ou neutre (l'Agfa Précisa ou la E100G). C'est ce qui fait la singularité des kiloptyques : les films utilisés pour la première série de reproductions sont presque tous des émulsions différentes, ou au moins, d'un lot (date de péremption) différent, de même pour la seconde série. Avec des émulsions qui n'existent plus depuis longtemps, surtout pour les premières repros (certains films très âgés ont un rendu intéressant à cette étape mais ne donneraient rien de plaisant pour la suivante). J'ai bien employé le pluriel pour kiloptyque, car bien qu'il n'en existe encore qu'un de fini, deux autres sont prêts à être coulés du point de vue photographique : toutes les images ont été reproduites deux fois et elles attendent sagement dans des boîtes de film 35 mm en fer blanc que je trouve le budget pour les enrober dans le silicone et les illuminer de LED.

Mini kiloptyque films

On peut voir dans ces réalisations une sorte d’hommage au génie industriel des fabricants de films, cherchant sans cesse à améliorer le rendu des images, tant du point de vue de la restitution des couleur que de la finesse; héritiers de la tradition de recherche photographique initiée par Niepce et Daguerre pour les prémices, développée (dans tous ses sens) par Fox Talbot, colorée par Cros et Ducos du Hauron, industrialisé (rendu accessible au plus grand nombre) par Eastman et la famille Lumière, leurs successeurs, anonymes, n'ont pourtant pas chômé et à la fin du vingtième siècle (hier), le photographe disposait d'une palette chatoyante et d'une variété spectaculaire. On retrouve bien sûr cette frénésie d'améliorations incessantes avec les appareils numériques, toujours sur les deux mêmes critères, d'ailleurs; mais alors qu'en argentique, il suffit de changer de film pour avoir un rendu complètement différent, en numérique, il faut changer de boîtier ! ce n'est pas le même budget... Et puis, je sort pour un concert avec une vingtaine de films différents dans les poches de mon gilet, je me vois difficilement faire de même en numérique ;o).

Kiloptyque Ciel à la fenêtre jaune

Kiloptyque Ciel à la fenêtre bleu

Ce travail sur les films, au début sans penser à malice, mais aujourd'hui consciemment, c'est un peu une forme de cristallisation, de fossilisation de l'âge d'or de la diapositive, un témoignage; la fin du vingtième siècle, une profusion incroyable de films très variés dans leur rendu, voire leur technologie, comme un bouquet final juste avant l'avènement du numérique. Et la disparition accélérée de cet incroyable savoir–faire durement et patiemment acquis en plus d'un siècle d'histoire de la photographie en couleur. Il ne s'agit pas de regretter une opulence et une abondance révolue, je suis très au courant de ce que permet la photographie numérique, mais une diapositive offre la transparence et l'immédiateté de l'accès à l'image, ce qu'une carte mémoire ou un disque dur ne proposeront jamais : on est dans le réel, le concret, la matière, le palpable...

Kiloptyque Ciel à la fenêtre W 10

mardi 8 mai 2012

1024!

1024! est un projet rigolo et annexe à mon travail sur les films, je ne pouvais pas ne pas envisager la question, d'autant plus que c'est un hommage indispensable à Raymond Queneau et ses cent mille milliards de poèmes.

L'idée première est de pouvoir offrir (cadeau ! gratuit ! quelle horreur ! diront certains) une infinité d'œuvres d'art uniques à qui en formule la demande, une version électronique du kiloptyque, en taille écran.

Le but est de créer un kiloptyque numérique, qui s'appellera 1024! (factorielle de 1024), unique à chaque calcul. il faut :

- une matrice de 32 rangs par 32 colonnes

- un choix en random pour chaque image piochée dans un dossier de 1024 images, avec une boucle de vérification que l'image n'aie pas déjà été choisie

- positionnement de l'image en suivant l'ordre des cases du tableau ou dans un ordre aléatoire en vérifiant au préalable que la case ne soit pas déjà occupée

- Enregistrement en fichier texte (ou un tableau) de la position de chaque image

- enregistrement de la mosaïque générée en 1 image .jpg.

- un compteur d'itération (pour savoir quand on en sera arrivé au bout et savoir combien d'images sont sorties)

- éventuellement, une comparaison avec l'ordre exact du kiloptyque original (pas indispensable, mais rigolo, si un jour la combinaison identique tombe !)

- et a priori, c'est tout pour démarrer.

C'est le cahier des charges d'une jolie petite application entièrement développée (en Python) pour l'occasion par Aymeric Mazurelle, que je remercie vivement pour son soutien.

1024!-2

Dès que possible, une version en ligne permettra à chaque internaute qui le désirera de générer son petit kiloptyque personnel, unique, téléchargeable immédiatement pour en faire son fond d'écran préféré, voire des dizaines ou des milliers, il y a de la marge avant d'épuiser les possibilités :

541852879605885728307692194468385473800155 396353801344448287027068321061207337660373 314098413621458671907918845708980753931994 165770187368260454133333721939108367528012 764993769768292516937891165755680659663747 947314518404886677672556125188694335251213 677274521963430770133713205796248433128870 088436171654690237518390452944732277808402 932158722061853806162806063925435310822186 848239287130261690914211362251144684713888 587881629252104046295315949943900357882410 243934315037444113890806181406210863953275 235375885018598451582229599654558541242789 130902486944298610923153307579131675745146 436304024890820442907734561827369030502252 796926553072967370990758747793127635104702 469889667961462133026237158973227857814631 807156427767644064591085076564783456324457 736853810336981776080498707767046394272605 341416779125697733374568037475186676265961 665615884681450263337042522664141862157046 825684773360944326737493676674915098953768 112945831626643856479027816385730291542667 725665642276826058264393884514911976419675 509290208592713156362983290989441052732125 187249527501314071676405516936190781821236 701912295767363117054126589929916482008515 781751955466910902838729232224509906388638 147771255227782631322385756948819393658889 908993670874516860653098411020299853816281 564334981847105777839534742531499622103488 807584513705769839763993103929665046046121 166651345131149513657400869056334867859885 025601787284982567787314407216524272262997 319791568603629406624740101482697559533155 736658800562921274680657285201570401940692 285557800611429055755324549794008939849146 812639860750085263298820224719585505344773 711590656682821041417265040658600683844945 104354998812886801316551551714673388323340 851763819713591312372548673734783537316341 517369387565212899726597964903241208727348 690699802996369265070088758384854547542272 771024255049902319275830918157448205196421 072837204937293516175341957775422453152442 280391372407717891661203061040255830055033 886790052116025408740454620938384367637886 658769912790922323717371343176067483352513 629123362885893627132294183565884010418727 869354439077085278288558308427090461075019 007184933139915558212752392329879780649639 075333845719173822840501869570463626600235 265587502335595489311637509380219119860471 335771652403999403296360245577257963673286 654348957325740999710567131623272345766761 937651408103999193633908286420510098577454 524068106897392493138287362226257920000000 000000000000000000000000000000000000000000 000000000000000000000000000000000000000000 000000000000000000000000000000000000000000 000000000000000000000000000000000000000000 000000000000000000000000000000000000

c'est exactement le nombre de combinaisons possibles de 1024!

J'accepte entre temps les demandes par courriel à l'adresse : 1024 arobase kiloptyque.net.

Ce projet pourrait aussi vous permettre de m'aider à phynancer la suite de mes coûteuses élucubrations (du micro mécénat, en quelque sorte), en achetant (payant, quelle horreur ! diront les autres) une image d'un kiloptyque généré par ce biais (donc unique, forcément unique) tirée sur papier argentique dans le format que vous souhaiteriez, du 10 x 15 au 50 x 75, voire plus s'il vous reste assez de place sur les murs ! Aucune limite là non plus ;o).

1024-3

mercredi 30 juin 2010

Quarante–deux !

C'est la réponse à la Grande Question sur la Vie, l'Univers et le Reste selon Douglas Adams.
C'est aussi l'une des réponses possibles à la Grande Question sur Mille, c'est Formidable, Mais n'y Aurait–il Pas Moyen de Faire un Peu Plus Petit et Plus Simple ?

Et oui, le kiloptyque, c'est formidable, mais c'est un peu encombrant, et coûteux et compliqué à produire, aussi je cherchais un nombre inférieur qui m'inspire.

Vingt–cinq, 25, j'aime bien, 5², c'est rond en bouche, ces deux chiffres à la fois ouverts vers l'extérieur et vers l'intérieur, mais c'est assez commun, et un peu trop peu, trop petit... Mais 25 n'est pas complètement écarté, je l'aime bien quand même.

Donc, pourquoi pas quarante deux, déjà comme clin d'œil à la fameuse trilogie en cinq volumes de Douglas Adams, et puis sinon, c'est un nombre assez quelconque, bien peu de particularités mathématiques à en croire l'extraordinaire Diconombres, si ce n'est une particularité en physique (optique) :

C'est l'angle constant que forme l'arc-en-ciel avec l'axe observateur-soleil.
Et considérant que je montre plutôt des images en couleurs agencées à peu près dans l'ordre de celles d'un arc–en–ciel (violet, indigo, bleu, vert, jaune, orange et rouge), cette coïncidence tombe à pic !
En plus, quarante–deux images divisé par sept couleurs me donne un six images par bande, ça tombe juste, ça tombe bien !

Pour finir, l'appellation en Grec ou Romain, qui sonne bien pour le kiloptyque, me plait beaucoup moins, pour quarante deux, ça sonne assez laborieux, aussi ai–je été jeter un œil, toujours dans le très riche Diconombres, du côté des chiffres dans toutes les langues, et là, en bas de la page, je vois un truc qui m'attire le regard et l'esprit : les nombres en esperanto, et là, notre quarante–deux devient kvardekdu, donc, pour les petites pièces, c'est parti pour les kvardekduptik ! Bien que je ne sois pas du tout espérantiste, cette idée de langue « universelle » m'a toujours séduit, donc...

Ce sera kvardekduptik !

Le premier proto en cours de fabrication.

Dernière minute : ayant récemment présenté le premier kiloptyque, un des visiteurs, intéressé par mes explications me demanda :

« Et, 1024, divisé par 24, ça fait quoi ? »

Et moi de répondre, « Beuuu, j'en sais rien, et pourquoi 24 d'abord ? »

« Pour savoir combien de temps ça fait en cinéma. » fut sa réponse, et il sortit son téléphone pour faire le calcul, et, je vous le donne en mille,

ça fait 42,6666667 !

J'avoue avoir été bluffé, espanté, comme quoi Douglas Adams avait bien raison, c'est bien la réponse à la Grande Question sur la Vie, l'Univers et le Reste !

jeudi 24 juin 2010

Kiloptyque, mais qu'est–ce donc ?

Il s'agit de photographie.

Au début, rien de spécial, juste envie de mémoriser le ciel à la fenêtre, une sorte de catalogue de couchers de soleil.

C'est une série qui a commencé, comme toutes les séries, à mon insu, il s'agit de P.O.C. (Photographie Obsessionnelle Compulsive). Forcément par un coucher de soleil, forcément flamboyant. Continuée sans m'en rendre compte pendant des années.

Et puis, après avoir déménagé, cette série était forcément terminée. Des centaines d'images, sans grand intérêt individuel, si ce n'est de jolis cieux. Les photos originales sont toutes des diapositives 24 x 36, faites avec les meilleurs objectifs possibles et les meilleurs films du moment. Le rendu de ces originaux est magnifique observé à la loupe 6 x sur une table lumineuse.
Mais qu'en faire ?
Comment les montrer ?
Un tirage fait perdre beaucoup de nuances, et surtout, la transparence éthérée du film. Une projection sur grand écran est majestueuse mais la chaleur de la lampe altère rapidement et irrémédiablement le film...

Et comment choisir celle–ci plutôt que celle–là ?
Pourquoi ne pas toutes les montrer d'ailleurs ?
Et puis pourquoi ne pas y intégrer d'autres photos complètement différentes (bien que prises du même lieu), tant par le sujet que par le rendu chromatique, comme des virgules dans une trop longue phrase...

Et c'est devenu une évidence : noyé sous les panneaux publicitaires, écrasé par les centaines de chaînes de TV, les Megapixels des capteurs des appareils photo, les Gigas, puis Teraoctets des disques durs toujours plus nombreux, les Petaoctets d'images en tout genre (du plus médiocre au sublime) visibles sur la toile, une photo seule semble se dissoudre instantanément dans cette masse. L'image au singulier n'est plus.

Après le diptyque, le triptyque, nous sommes à l'ère du kiloptyque.
Kilo pour mille, bien sûr, mais un mille informatique de 2¹⁰, soit mille vingt–quatre. Une matrice de 32 x 32 « pixels ».

Un Peu de technique...

Quelle solution adopter afin de ne pas perdre la transparence du film ?

Montrer des films !

Des duplicatas de diapositives, alors ? oui, mais on perd autant sinon plus de nuances qu'au tirage.

Tant qu'à avoir des pertes d'information et de nuances, tentons la manière violente...

La solution choisie, pour cette première série, c'est le double traitement croisé.

Le traitement croisé est un procédé consistant à développer un film prévu pour faire des diapositives (devant normalement être traité en chimie E-6) dans une chimie prévue pour développer des films négatifs couleur (procédé C-41). On obtient alors un négatif très contrasté avec des couleurs plus ou moins fausses (mais jamais justes). Chaque film a un rendu qui lui est propre. Et ça donne de jolis négatifs :

Amassant compulsivement depuis plus de quinze ans des films E–6 dans le but de leur faire subir cet outrage j'ai dupliqué toutes les diapositives originales sans autre ordre ni méthode que de changer de type de film toutes les trente six vues.

Et rebelote, je duplique les négatifs ainsi obtenus avec le même procédé, en changeant le négatif rephotographié de temps en temps, pour mettre un peu de rythme et de variété (en changeant évidemment à nouveau de type de film toutes les trente six vues).