kiloptyque.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Avancement des travaux

Fil des billets

vendredi 14 juin 2013

Une visionneuse pour 5³

est un projet qui s'articule autour de l'idée de la transparence du film

_DSC9391.JPG

et de la possibilité d'un agrandissement du petit film 24 x 36, pour mieux voir l'image.

Visionneuse_5__profil.jpg

C'est un procédé optique très simple : la lumière d'une LED puissante passe à travers deux condenseurs (des lentilles plan/convexe convergentes, ici, des lentilles venant d'un projecteur diapo Leica, donc une qualité optique optimale, et puis, l’avantage, c'est qu’elles ont été conçues précisément pour cet usage) disposés face à face,

_DSC9469.JPG

ce qui a pour effet de bien concentrer la lumière sur la surface utile, juste ce qu'il faut, j'ai fait quelques essais préliminaires, un petite partie diffusante obligatoire (pour ne pas avoir le point chaud de la LED quand on est de face),

_DSC9471.JPG

presque la même image sans lumière additionnelle,

_DSC9463_0_6is.gif

un chariot permettant de faire passer trois vues consécutivement (et d'en changer facilement), et tout à l'avant,

visionneuse_HDR.JPG

une lentille, la plus grande possible, mais plus elle est grande, plus il faut que la visionneuse soit grande aussi, qui fait office de loupe; permettant d'observer de plus près l'image agrandie ou toutes ces petites bulles figées dans le silicone.

_DSC9349.JPG

Pas de carrosserie sur ce prototype, c'est donc un éventuel nid à poussière.

_DSC9461.JPG

J'essaye de m'appliquer, la première LED qu j'ai mise n'a duré que les deux jours des JPO de Vitry, tout juste, j'espère que celle là durera un poil plus longtemps (ces bêtes–là sont quand même vendues pour des dizaines de milliers d'heures de fonctionnement...).

jeudi 7 février 2013

Ça roupille, ici !

C'est un peu l'impression que ça donne, hein ? pas un billet en six mois. Ce n'est pas qu'il ne se passe rien dans l'atelier, mais il ne s'y passe rien de montrable.

Spicy Box

Tout d'abord, j'ai décidé de ne montrer ici que des projets bien avancés, voire en phase d'aboutissement. et en ce moment, à part quelques kvardekduptiks en cours de fabrication, les autres projets en chantier sont encore à l'état embryonnaires. Par ailleurs, je passe un peu de temps à tenter de maitriser la technique du polissage du PMMA à la flamme; c'est très efficace, mais nécessite un certain coup de main.

Oneyed Jack

Ensuite, j'ai un nouveau vélo qui m'a bien occupé l'esprit pendant quelques mois :

dragon

Il m'a aussi un peu pris du temps d'atelier, pour lui fabriquer une béquille, une tige de rétro, un fanion et autres choses indispensables ;o). Et j'en suis toujours plus content ! je commence à faire corps avec la bête.

Spicy Box

Et puis, les quelques images autres que celle du Dragon qui ornent cette page font partie de celles que je suis en train de préparer pour des impressions en grand format, je vous en reparlerais. Je dois dire que ces images affichées trop grand (sur cette page) me plaisent assez comme ça, c'est une erreur de manipulation dans l'interface de publication, mais je vais garder. Du coup, je suis impatient de voir ce que ça va donner imprimé en grand aussi.

Lofofora

(en cliquant dessus, vous pouvez les avoir en entier, c'est bien, aussi)

J'écoute Got the time de Joe Jackson sur l'album Two rainy nights Live in Seattle & Portland

jeudi 28 juin 2012

Mini–kiloptyque, de nouvelles images.

Juste quelques jolies photos faites par Léonard Gade (qui s'avère être mon fils). Comme il venait de s'offrir un 90 mm à bascule et décentrement, j'ai pensé que ça pouvait être une commande intéressante pour qu'il puisse se faire la main avec ce caillou si particulier.

Mini kiloptyque 01

De face.

Mini kiloptyque 02

De profil, avec l'alimentation debout dans l'ombre, au fond à droite.

Mini kiloptyque 03

De face, avec l'alimentation en dessous (qu'est–ce que j'en ai bavé, pour faire une pauvre boîte en PMMA parallélépipédique pas trop moche, j'aurais pu la faire en zinc ou en alu, c'est joli, le métal, mais il aurait alors fallu l'alimenter avec la terre, et les cordons trois connecteurs dont la terre sont vraiment de gros fils très disproportionnés par rapport aux 3,5 Watts que consomme cette pièce !).

Mini kiloptyque 04

De plus prêt.

On notera sur toute la série un aspect bleuté du PMMA, c'est une des difficultés de l'exercice : si on veut un rendu neutre sur le plastique, le film ne sera pas montré avec des couleurs correctes, ici, il l'est parfaitement, et c'est quand même lui la star...

J'écoute Some strange reaction par Firewater, sur l'album Get off the cross... (we need wood for the fire).

mardi 26 juin 2012

Quarante deuxième billet !

Il faut fêter ça !

Bon, vous ne trouverez pas encore quarante–deux articles sur le blog, quelques uns sont des ébauches d'idées sans vraiment encore grand chose à montrer (voire rien du tout) et ne sont donc pas encore publiés. Je ne me suis pas encore résolu à balancer des idées comme ça sur la toile sans avoir un peu cogité dessus, sans qu'il y aie encore de forme qui se dégage, mais j'écris quand même : ça aide de mettre les choses noir sur blanc. Et puis certaines idées n'iront peut–être jamais plus loin que quelques lignes, pas la peine de vous polluer avec ça.

Donc, pour fêter ça, autant parler à nouveau des kvardekduptiks, avec, en images encore, les étapes de la préparation d'une petite série.

Le PMMA nécessite un recuit après la découpe qui génère des tension importantes dans le matériau (surtout pour cette épaisseur, 20 mm quand même), n'ayant pas d'étuve, ça se passe très bien dans un four ménager:

recuit

quatre ou cinq heures à 60 C°, mais je suis presque au maximum pour ce qui est de la taille.

Dans le cas où ça n'aurait pas été fait, le résultat est néanmoins intéressant, très aléatoire et un peu trash :

La matière semble exploser, prête à se briser (et pourtant ça reste solide, bien que forcément fragilisé) après contact avec un solvant (acétone ou le produit de soudage) en suivant les lignes de tensions résultant de la violence de la découpe à la scie circulaire.

Ensuite, la longue étape du ponçage à l'eau, d'abord au grain 80, puis 160, puis au 240, puis au 500, ensuite au 1000, et pour finir au 2000.

Polissage main

ponçage main 320

Ici, la différence entre un chant poncé avec un grain 320 et un brut de coupe (le morceau poncé perdra un peu de transparence au séchage).

Je pourrais aussi essayer de m'en tenir au grain 240 ou 320 et finir au chalumeau (l'opération se nomme « polissage à la flamme », elle est brièvement mentionnée dans le très bon PDF sur l'Atuglass); je suis en pleine période de test et les premiers résultats sont prometteurs quand au rendu qui, bien que moins lisse que le poli main ou industriel, fait retrouver au PMMA toute sa transparence tout en lui donnant un aspect qui fait penser à ces anciennes vitres à la surface imparfaite.

Polissage à la flamme

On voit bien, au centre, la différence entre avant et après l'action du chalumeau, il faut faire très vite, un petit mouvement de balancier de la main, à plusieurs hertz, en essayant de garder toujours la même distance :

avec une flamme à 2800 C°, le PMMA a tôt fait de prendre feu, mais comme on est concentré sur la flamme dure (bleue), la toute petite surface où l'on est en train d'agir, et qu'elle est environnée de flamme molle (jaune), quand on s'aperçoit que ça brûle, c'est en général trop tard !

Bulles

Et quand ça crame, ça fait des bulles... Ce n'est pas laid non plus, un petit côté lunaire qui n'est pas pour me déplaire, mais il ne faut pas abuser des bonnes choses...

assemblage

Ensuite, on peut passer à l'assemblage du cadre par soudure chimique

protection

(toxique mais je me protège abondamment ;o).

Pour la partie lumière, j'ai prévu de doubler le nombre de LED, en mettre deux rubans de 20 cm par bande de film au lieu d'une seule.

Soit le double de ci–dessus.

La luminosité sera améliorée du côté images, et aussi derrière et de profil, pour la partie luminaire de l'objet.

J'écoute Sunday papers, par Joe Jackson, sur l'album Live at the BBC

lundi 25 juin 2012

Kvardekduptik 2, le retour de la revanche.

À l'instar du kiloptyque, et avant lui, le kvarderduptik, bénéficie lui aussi des avancées issues de la réflexion formelle sur le cadre qui est un moule, initiées avec le mini–kiloptyque.

La suite en images :

Kvardekduptik 2012 Fabrication 01

Le principe des mini–kiloptyques est repris à l'identique, on vérifie à blanc que ça s'ajuste bien.

Kvardekduptik 2012 Fabrication 02

Prêt pour soudure (avec ses petits camarades).

Kvardekduptik 2012 Fabrication 03

L'ultime sélection des films, on va faire un peu de vertical, pour une fois.

Kvardekduptik 2012 Fabrication 04

En cours d'encapsulation dans le silicone.

Kvardekduptik 2012 Fabrication 05

Contrairement au mini-kiloptyque, qui, sur sa base de cinq centimètres, tient bien debout tout seul, le kvardekduptik, de trois centimètres seulement offre une prise au vent trop importante, il bénéficie donc d'un piètement en PMMA qui l'alourdi considérablement et le stabilise parfaitement (le vert, c'est juste le film protecteur du PMMA, le socle est lui aussi transparent).

Kvardekduptik 2012 Fabrication 06

De dos, on notera que l'alimentation des LED se fait encore en série sur ce modèle, et on a bien la seconde prise d'alim permettant de chaîner un autre kvardekduptik ou plusieurs mini-kiloptyques.

Kvardekduptik 2012 Fabrication 07

Tout seul dans le noir, il serait plus en valeur sur un fond neutre, mais là, il est dans son lieu de naissance et de conception.

J'écoute Do to me de Trombone Shorty, sur l'album For true

- page 1 de 4